Un parcours sincèrement touchant

Le seul en scène “La trajectoire des gamètes”, porté par la comédienne Cécile Coves, se joue depuis le 24 janvier 2023 au théâtre de la Manufacture des Abbesses.

Mise en bouche…

 

S’il y a spectacle qui nous permet d’entrer immédiatement dans son univers, c’est bien celui de “La trajectoire des gamètes”. Tous les esprits créatifs qui ont participé à sa naissance se sont mis d’accord pour entreprendre un projet de qualité. Ils élaborent ainsi une histoire touchante, drôle et pleine d’authenticité.

Le ton est donné d’entrée de jeu : le personnage principal s’apprête à sauter un pas crucial dans sa vie. Il résulte d’un choix. Ce dernier trouve son origine dans une existence qui s’avère incroyable. Captivante à souhait, elle va être déroulée devant les yeux des curieux qui vont entamer un voyage composé de montagnes russes émotionnelles.

Le récit raconte une ligne de vie qui ondule sur 36 ans, l’âge exact du personnage de Cécile au moment des événements. L’interprète présente ses peines, ses joies, ses doutes, ses certitudes. Ces sentiments font écho à son environnement familial. 

 

Photo du spectacle "La trajectoire des gamètes"(1)

 

Le jeu au service du spectacle

 

Pour mieux dépeindre la situation, elle s’amuse à incarner d’autres personnages que nous nous plaisons à découvrir progressivement, sous des traits de caractères bien distincts. Il s’agit de personnes qui ont un rôle clé dans cette tumultueuse aventure. 

Cécile leur rend un magnifique hommage en les mimant à la perfection. D’ailleurs, elle en profite pour déployer tout son talent dans le jeu : changements de postures, de voix et d’état émotionnel. Toute la panoplie y est en un claquement de doigts.

Le but est de narrer l’une des thématiques principales du spectacle, à savoir la transmission d’une génération à une autre. Les figures importantes que sont les parents donnent un sens au choix évoqué quelques lignes plus haut. 

Tandis que le commun des mortels possède un seul père et une seule  mère, ici,  la situation se veut quelque peu différente, voire même originale. Élément charnière sur lequel s’appuie ce passionnant tableau, ce point de départ va évoluer et prendre la forme d’une conséquence qui aboutit à l’instant présent.

 

Photo du spectacle "La trajectoire des gamètes"(2)

 

Texte et mise en scène pour livrer le message

 

Le texte sait se montrer subtil et intelligent pour réveiller nos propres sentiments, ceux qui sont profondément enfouis au fin fond de notre esprit. L’écriture ravive nos propres souvenirs d’enfance et facilite l’attachement au personnage de Cécile.

La mise en scène, élégante et efficace,  nous entraîne dans une mise en abîme des lieux qui sont successivement décrits. Les intérieurs et les extérieurs ont une identité bien déterminée que la lumière et quelques décors permettent d’identifier aisément.

L’espace est utilisé de façon harmonieuse, afin que les univers et les époques puissent être distingués. Plutôt que de lire comme dans un livre ouvert, il y a une volonté de suggestion et de symbolique. L’effet n’en est que plus beau !

Seul en scène autobiographique, “La trajectoire des gamètes” permet à la magie d’opérer.  Le phénomène se produit grâce à cette petite fille que nous suivons, que nous regardons grandir et que nous admirons lors de ce passage à l’état adulte, alors qu’elle devient une femme porteuse d’un message fort.

Finalement, nous repartons avec une ode à la nostalgie, un retour vers le passé. Le sien tout comme le nôtre.

 

Retrouvez « La trajectoire des gamètes » sur les planches du théâtre de la Manufacture des Abbesses jusqu’au 15 avril 2023.

Pour réserver, cliquez ici

Pour en savoir plus, cliquez ici

Interview de Pascal Olive, auteur d’Antigone et de sa suite

La suite de la pièce Antigone, métro Charonne 8 février 1962 s’apprête à débuter ses représentations. Son auteur, Pascal Olive, se livre.

ARCA, un nouveau dans le catalogue

En juillet 2022, DENAN Productions et Le Studio Vermouth passent un accord d’une année sur l’exploitation du court-métrage ARCA, réalisé par Robin et Germain Aguesse.